Six mètres carrés... c'est petit pour attendre la mort.

1 2
3 3
2 3
7 1

 


 

Img 0070
Img 0052
Img 0061
Img 49
Img 0044

 

28 11 13 046
28 11 13 060
28 11 13 051

 

333280-10150559593660682-1889144304-o.jpg
333280-10150559593680682-904338957-o.jpg

Ouvrage appartenant à la bibliothèque des Champs Libres de Rennes.
Texte écrit par Nicolas Fradet. Gravure et impression réalisée par Annie Bocel. 7 manières noires sur cuivre imprimées sur BFK Rives à l’Atelier de Joëlle et Annie Bocel en 2011. Une manière noire 'Gorgones' destinée  comme page de garde, et support de décor. Texte réalisé en magnésium et marqué à chaud. 30 exemplaires


 

Ouvrage appartenant à un collectionneur.

Six mètres carrés,

…c’est petit pour attendre la mort.

Texte de Nicolas Fradet.

 

Un choc vient d’assourdir mon ennui.

En chercher la source éveille d’indifférents pronostics. Du simple rocher exilé des abysses, au coup de queue de quelque monstre marin.

Peu importe, pour moi, c’est le sort que j’attendais.

 Je reste dans ma cabine, désobéissant aux ordres d’une boîte aveugle : chuiiiii… mesdames et Meschuiiiiiiii… c’est votre capitaine de chuiiiii… qui vous parle.

 Six mètres carrés, c’est petit pour attendre la mort.

 Les murs m’en chêne, le sol en hêtre, noyer sous mes pieds.

Une forêt morbide où nous nous perdrons tous.

 Un ultime voyage, au prix fort.

 Quelqu’unveut entrer.

Pour me faire sortir.

 Gaspard, Bosco, Hugo ou qui que tu sois,

si tu tiens à ta vie, ne tiens pas à la mienne.

 Ne vois-tu pas que je suis ce courant qui vient de couler ton navire ? Je suis l’Aphrodite maudite, je suis Mars déguisée.

 Docile, il obéit à mon silence. Un temps.

 Le mousse est de retour, une boîte à outils remplie d’arguments positifs. Je l’envie, un instant. Son sol s’abyme, mais il ne perd pas pied.

 Je sens sa force encore intacte. J’entends sa sueur offerte en vain.

Est-ce vraiment nécessaire ?

 Derrière mon hublot, les secours arrivent.

 Je préfèrerais m’enrouler dans une bouteille. J’engouffrerais mes armes dans ma bulle en verre.

Silencieuse.

 Qu’on me retourne, la neige m’engloutira. N’aies pas peur.

 Ils arrivent.

Ils sont là. Je les entends sur le pont.

Et Gaspard, qui rit déjà.

 On frappe à ma porte. Non.

Je manque d’air.

 Toc toc toc.

 Je ne suis plus là.

Sauvez-moi, ou sauvez-vous.